espace professionnel


 

 

La presse en parle...

Dans ce monde de brutes, voilà un auteur Jean-Luc Annaix qui vit toujours au pays enchanté d’Offenbach, de Gershwin et de Jacques Demy et le prouve (…) Et voilà deux fées cherchant à réparer leur gaffe dans une suite d’aventures pleines d’allant et de fantaisie (et d’un léger zeste de critique sociale) : ici, la joie de vivre finit toujours par triompher, après tout voilà un simple et beau programme !
Jean-Luc Porquet - Le Canard enchaîné

Des personnages attachants, des chansons qui enchantent, une mise en scène alerte, une comédie musicale de qualité qui a été longuement applaudie.
A découvrir absolument.

J.R. Le Dauphiné Libéré

Avec Minuit song, Jean-Luc Annaix, ardent défenseur du genre, poursuit avec brio son exploration de la comédie musicale. A sa manière éprouvée depuis 25 ans : une technique parfaite, une mise en scène au cordeau et une joie de vivre latente qui ne s’épuise jamais.
Isabelle Labarre - Ouest-France

« La comédie musicale est une autre façon de raconter une histoire. C’est une tradition très forte de notre culture ». Tradition à laquelle Jean-Luc Annaix apporte sa patte. A force d’exigence et de travail. Minuit song c’est l’histoire de deux fées un rien gaffeuses pour nous dire que rien n’est jamais tout à fait fatal. C’est fait, dit et chanté avec talent. Le talent d’Annaix est aussi d’embarquer avec lui ces étoiles qui continuent d’éclairer le Théâtre- Nuit.
Vincent Braud- Wik – Nantes

Peu de structures à l’heure actuelle exploitent le genre comédie musicale. Le ThéâtreNuit le fait, lui, avec bonheur et une dextérité étonnante. Dextérité du verbe et des dialogues (parfois chantés) glissant comme des rouages parfaitement huilés. Dextérité du mouvement et de la voix, les comédiens-chanteurs assumant toutes les casquettes. A l’image du précédent « Battements de cœur (pour duo de cordes)», ce Minuit song se déguste comme un champagne. Subtil et pétillant à souhait. Passé maître dans le maniement des mots, le metteur en scène Jean-Luc Annaix sait aussi s’entourer d’excellents comédiens et musiciens, multicartes de surcroît. Derrière l’humour omniprésent, l’émotion n’est jamais très loin et la peinture de la société qui en est faite n’en est pas moins vive. Le ThéâtreNuit réussit avec Minuit song le tour de force d’offrir du beau, du virevoltant, du vivifiant sans jamais tomber dans la facilité. C’est fin et maîtrisé. On en ressort galvanisé.
Mireille Puau - Le Courrier de l’Ouest

MINUIT SONG

Comédie musicale de Jean-Luc Annaix

Production ThéâtreNuit avec l'aide de la Ville de Nantes, le Conseil Régional des Pays de la Loire, le Conseil Général de Loire Atlantique, l'ADAMI, la SPEDIDAM et la Ville d’Orvault.
Remerciements au Grand T – Nantes (44) pour son précieux soutien.

L’histoire
Préposées depuis des années à l'attribution des dons, les fées Morgane et Viviane forment ce qu’on appelle une équipe de choc, rôdée et compétente. Pourtant cette nuit-là, elle s’apprête à commettre une faute irréparable. Tout en comblant une petite fille, Anabelle de tous les dons imaginables, elles oublient purement et simplement le berceau de sa sœur, Anaelle. A cet instant, les fées sont loin d’imaginer les conséquences de leur acte…

Le propos
Minuit song entrecroise plusieurs thèmes chers à l’auteur : celui du double, déjà développé dans la comédie musicale Et Dokk, donc, s’en vint sur Terre et plus récemment encore Battements de cœur (pour duo de cordes). Celui de la prédestination : une lettre en moins ou en plus dans votre prénom (ici un « b » !) et votre destin peut s’en trouver fondamentalement bouleversé. Enfin, celui de l’injustice sociale, toujours - hélas - d’actualité.

La forme
Minuit song se présente sous la forme d’une fable, genre qui a le mérite d’aborder des thèmes graves sous une apparente légèreté. Un parti pris artistique revendiqué qui fait la part belle à l’humour et à la fête. Le spectacle utilise toutes les ressources de la comédie musicale : les personnages s’expriment indifféremment en chantant ou en parlant. La musique et les chansons amplifient les émotions, multiplient les échappées oniriques et autorisent des ruptures que le seul langage parlé ne permet pas.

 

 

Générique
Livret, chansons et mise en scène - Jean-Luc Annaix

Musique - Jean-Luc Annaix et Christine Peyssens/Direction musicale - Pascal Vandenbulcke/Arrangements vocaux - Christine Peyssens

Interprétation - Héléna Bourdaud, Michel Hermouet, Claudine Merceron, Françoise Pelherbe, Christine Peyssens , Fabrice Redor

Musiciens - Vincent Rébillard, Pascal Vandenbulcke

Scénographie - Alain Burkarth/Lumière - Christophe Olivier/Costumes - Martine Ritz/Maquillage - Stéphanie Orillard /Régie lumière -Fabrice Vetault/Régie son - Manuel Menes/Administration, production - Christine Souchaire


Réseau social

Partager

Ou
retrouvez-nous sur

Nos partenaires

 

Jeudi 17 août 2017

Mentions légales

Partenaires

Contact

design by Subst@anceS